Suite du référendum britannique : réactions de la France [es]

Discours de M. Manuel Valls, Premier Ministre (28.06.16)

Paris - 28 juin 2016

JPEG Monsieur le président,
Mesdames et messieurs les ministres,
Mesdames et messieurs les députés,

Le choc est considérable et – chacun le comprend bien – historique. Pour la première fois depuis le début de la construction européenne, un peuple, le peuple britannique, a décidé de quitter l’Union.
On croit d’ailleurs toujours les choses acquises… que ce qui a été fait ne peut être défait…

Et combien de fois avons-nous entendu parler de l’irréversibilité de la construction européenne !

C’était sans compter sur l’histoire. Elle s’invite quand elle veut. Et surtout quand les peuples le décident : quand les peuples rappellent à tous ceux qui leur disent : "vous n’avez pas le choix", "il n’y a pas de plan B", que eux seuls sont souverains.

(...)

- Télécharger le discours du Premier Ministre : cliquer ici

Discours de M. François Hollande, Président de la République (24.06.16)

Paris - 24 juin 2016


Déclaration à la suite du référendum britannique par elysee

Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, Ministre des Affaires étrangères (24.06.16)

Luxembourg - 24 juin 2016

PNG J’ai tenu à être présent avec mes collègues ministres des affaires étrangères et secrétaires d’État aux affaires européennes ce matin.

Nous sommes tristes, mais c’est la décision du peuple britannique. Nous devons la respecter. Nous sommes tristes pour le Royaume Uni et nous sommes tristes pour l’Europe.

Mais il faut faire face, et faire face, c’est préserver l’unité de l’Europe, continuer à mettre en œuvre ses priorités, tout en étant plus attentif encore aux aspirations des peuples de toute l’Europe. Il y a donc beaucoup de travail à faire.

Mais l’urgence aujourd’hui, c’est respecter le vote du peuple britannique. Je le dis car certains pensent que c’est le chaos. Non, ce n’est pas le chaos, car il y a des traités. Et le Traité sur l’Union européenne prévoit en son article 50 les conditions du départ. Il ne faut donc pas qu’il y ait d’incertitude. Il faut que le gouvernement britannique fasse part de la décision officielle du peuple britannique et qu’on enclenche la mise en œuvre de cet article, pour la cohésion et la stabilité de l’Europe comme du Royaume Uni. Il y a urgence. Il n’y a pas de temps à perdre. Toute période d’incertitude serait préjudiciable.

Donc c’est de ces sujets dont nous allons parler aujourd’hui. Nous reviendrons vers vous tout à l’heure.

Merci.

Dernière modification le 08/09/2016

haut de la page