Afrique/sécurité : tribune des ministres français et allemand de la Défense [es]

Tribune conjointe des ministres allemand et français de la Défense sur la politique de sécurité en Afrique

M. Jean-Yves Le Drian,
Ministre de la Défense français

Mme Ursula von der Leyen,
Ministre de la Défense allemande

Tribune sur la politique de sécurité en Afrique

Sommet Union européenne – Afrique, le mercredi 2 avril 2014

Pour nous, Européens, l’Afrique, avec ses 54 pays, est notre grand voisin du Sud avec qui nous partageons un avenir commun. C’est une terre d’opportunités mais c’est aussi un théâtre de crises. La grande fragilité de certains États africains, la porosité des frontières, la persistance du terrorisme dans la bande sahélienne constituent des grands défis pour la sécurité de l’Afrique et de l’Europe. Nos approvisionnements stratégiques, nos intérêts commerciaux, et la sécurité des ressortissants en dépendent.

C’est pourquoi la France et l’Allemagne sont convaincues que la sécurité doit être au cœur du sommet UE-Afrique qui se tiendra à Bruxelles les 2 et 3 avril prochains.

Face à l’ampleur des défis, c’est une approche globale qui doit être déployée, permettant d’agir sur l’ensemble du spectre, d’abord en amont des crises. La stabilisation du continent africain sera facilitée par l’identification de signes avant-coureurs des crises. En situation de crise, l’engagement de moyens militaires ne remplace certainement pas les solutions politiques mais il contribue à stabiliser des États fragiles, à protéger les populations, et, au final, à créer ainsi les conditions essentielles pour reconstruire et démocratiser un pays.

C’est pourquoi l’Union européenne s’est dotée d’une approche globale alliant sécurité et développement lui permettant d’intervenir face aux crises et d’agir pour les prévenir mais aussi de consolider la sortie de crise et de stabiliser. Elle doit aujourd’hui proposer des mesures durables et pertinentes pour accompagner les Africains dans le renforcement de leurs capacités propres de prévention et de réponse aux crises.

La crise malienne est un bon exemple. C’est en effet la réaction rapide et résolue de la France qui a permis de stopper la violence au moment où l’existence même du Mali était en jeu. L’opération française a permis l’émergence d’une large alliance : des États d’Afrique, d’Europe, voire du monde entier se sont portés volontaires pour aider le Mali à se reconstruire.

Mais, ni les nations africaines, ni les pays de l’UE n’ont vocation à s’engager de manière permanente au Mali. Le premier de nos objectifs est de rendre l’État malien apte à exercer sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire. La mission militaire de formation européenne EUTM Mali est l’instrument approprié pour atteindre cet objectif. La France et l’Allemagne y resserrent leur coopération : des militaires de la Brigade franco-allemande (BFA) seront déployés à compter du mois d’avril dans le cadre de cette mission.

L’enjeu du sommet UE-Afrique est de bâtir sur cette approche et de renforcer notre soutien aux pays africains. Comment nos politiques de défense et de sécurité peuvent-elles y contribuer ?

Nous pensons que le modèle de mission de type EUTM, qui combine un effort de formation militaire mais aussi un apprentissage des principes de l’État de droit, doit être étendu à d’autres théâtres et enrichi en le complétant d’un volet équipement quand cela est nécessaire.

Il nous faut également encourager les dynamiques de coopération régionales, au niveau continental et sous-régional. Les conditions pour y parvenir sont réunies : l’Afrique dispose de structures permettant de construire une architecture de sécurité de plus en plus solide et de progresser vers un outil militaire africain de réaction rapide aux crises. Des conseillers militaires européens pourraient jouer un rôle plus important pour accompagner cette évolution.

Enfin nous souhaitons saisir l’occasion du sommet UE-Afrique pour mieux coordonner les instruments européens qui permettent de former et d’équiper nos partenaires africains. La Facilité de Paix pour l’Afrique et l’initiative Enable et Enhance, soutenue par nos deux pays, doivent se rejoindre sur l’objectif du renforcement de nos partenaires africains et de leur capacité à prendre en mains leur propre sécurité.

La France et l’Allemagne partagent la même vision du partenariat entre l’Europe et l’Afrique : il n’est pas de développement sans un minimum de sécurité. C’est pour cela que la France et l’Allemagne plaident ensemble pour une action cohérente et intégrée de l’Union européenne dans le domaine de la sécurité et du développement. Les voisins que sont l’Afrique et l’Europe veulent et doivent assumer plus de responsabilités l’un envers l’autre.

Dernière modification le 03/04/2014

haut de la page